angers-infos.fr

Angers bascule dans le football total

Après avoir battu Nîmes 3 – 0, le Sco d’Angers a composté, vendredi 22 mai 2015, son billet pour la Ligue 1, l’ élite du football professionnel français, qu’il n’avait plus fréquenté depuis la saison 1993-1994. La Ville a vibré au rythme du football tout le week-end. La saison prochaine, Paris, Marseille, Saint Etienne, Rennes ou Nantes viendront jouer au Stade Jean Bouin.
  • Depuis l'église de la Madeleine jusqu'au stade Jean Bouin, le défilé des supporters avant la rencontre.
  • La liesse des supporters qui ont envahi le terrain dès le coup de sifflet final.
  • Les joueurs du Sco ont rallié la mairie depuis le stade Jean Bouin en autobus impérial.
  • Avant le match de gala en soutien à l'association Rêves, dimanche 24 mai 2015, les deux équipes réunies sur la pelouse de Jean Bouin.
Cette nuit devant la mairie d'Angers
Cette nuit devant la mairie d'Angers

Un week-end de foot hors norme vient de s’achever à Angers. Le Sco d’Angers a d’abord validé son ticket pour la Ligue 1, vendredi 22 mai 2015, devant le public en folie d’un stade Jean Bouin plein comme un œuf ; le club phare du Maine-et-Loire s'est ensuite offert une confrontation de gala, dimanche 24 mai, contre une équipe composée d’anciennes gloires du foot français (Sylvain Wiltord, Ulrich Ramé, Steve Savidan…). Une rencontre organisée au profit de l’association Rêves (lien hyper texte), dont l’objectif est de réaliser les rêves d’enfants gravement malades. Dans une ambiance bon enfant et devant 4000 spectateurs, les deux formations se sont séparées sur un match nul, 5 – 5. Avant le coup d’envoi, donné par Saïd Chabane, président du Sco d’Angers, Sofiane Boufal (milieu de terrain du Sco transféré à Lille cet hiver) et Romain Thomas, défenseur, ont reçu les titres de meilleurs joueurs de la saisons 2014-2015, décernés par les supporters du club.

Mais le véritable événement sportif s’est bien évidemment déroulé vendredi soir. Quand une bonne moitié des 17000 spectateurs s’est précipitée sur la pelouse au coup de sifflet final de ce Sco – Nîmes historique, 22 ans de frustrations ont été évacués en un tour de main. 22h15. Depuis une demie heure, les supporters entassés dans les tribunes du stade Jean Bouin reprenaient à pleins poumons les cinq mots voués ce week-end à la célébrité : « On est en Ligue 1 ». Le Sco d’Angers menait 3 – 0 devant une équipe du Nîmes Olympique pas vraiment agressive mais qui avait joué le jeu jusqu’au bout. Au terme du match, le club phare du Maine-et-Loire au maillot noir et blanc devait officialiser une montée parmi l’élite du football français qui le fuyait depuis 22 ans.

Les dernières rencontres pour s’extirper d’un championnat de Ligue 2 difficile ont été tendues. Le Sco a dû batailler ferme pour rester sur le podium. Troyes, vainqueur du championnat est en Ligue 1 depuis déjà quelques matchs. Deuxième, le Gazelec Ajaccio a officialisé sa monté la semaine dernière. Reste le Sco « qui doit finir le travail », comme l’ont répété joueurs et membres du staff tout au long de la semaine précédent la rencontre. Le match clé s’est joué à Nancy, vendredi 15 mai 2015. Devant 20 000 spectateurs acquis au club Lorrain, les Angevins ont obtenu un match nul valeureux au terme d’un match nerveux : un résultat qui obligeait l’AS Nancy à vaincre Dijon chez lui vendredi soir, tout en espérant une défaite du Sco sur ses terres. 

Sur la pelouse, c’est toujours la liesse. Les spectateurs courent derrière les joueurs. Ils réclament un maillot, un short… Le défenseur Romain Thomas offre sa paire de crampons.  Alexandre Letellier, gardien remplaçant, finit en slip. Un cordon de sécurité a été dressé devant l’entrée des vestiaires pour que les joueurs puissent échapper à la foule et fêter l’événement avec l’encadrement du club. Les tours d’honneur s’enchaînent. Des appels sont lancés au micro, relayés par des messages sur les deux écrans géants : « Retournez à vos places en tribune, que le spectacle pyrotechnique puisse commencer. » Miracle, au bout d’une petite heure, le public obtempère. Le feu d’artifice est tiré. Son bouquet final fait rugir de plaisir Jean Bouin : orgasme collectif et fin de la première partie de soirée.

La suite se joue dans les rues de la ville. Les joueurs rallient le centre et la mairie, juchés sur un autobus à impériale. Plusieurs milliers de personnes attendent l’équipe devant l’Hôtel de Ville. Le bus fend la foule : « On est en Ligue 1 ». Quelques minutes encore, puis les footballeurs s’avancent sur le balcon du bâtiment. C’est le délire. Des fumigènes sont craqués. La fumée rouge envahit l’esplanade. Les discours succèdent au discours. Le président Chabane, Benoit Pickeu, manager général du Sco et les joueurs, remercient tour à tour le public et la Ville. Ils lancent des chants. A leurs côtés, Christophe Béchu, maire d’Angers, s’empare lui aussi du micro. Pour lui, « cette montée en Ligue va contribuer au rayonnement de la ville ». Il estime aussi que « les retombés économiques seront importantes ». Le lendemain, il remettra la médaille de la Ville à l’ensemble de l’équipe.

Et maintenant ?

Les téléphones vont chauffer. En particulier ceux de Saïd Chabane et de Benoit Pickeu. L’objectif est de mettre sur pied une équipe compétitive pour affronter les stars de Ligue 1. Quand bien même le budget du club devrait plus que doubler pour approcher les 25 millions euros la saison prochaine (droits TV compris), les moyens du club seront limités. Quels joueurs conserver ? Quel compétiteur attirer sur les bords de Maine ? A qui faudra-t-il annoncer qu’il n’est plus concerné par le projet ? Les rumeurs de départ du longiligne butteur du Sco, Jonathan Kodjia, élu meilleur joueur de Ligue 2 et auteur de quinze réalisations cette saison, se font plus précises. Il n’était d’ailleurs pas présent cet après-midi à Jean Bouin où l’information, non validée par le staff, courrait : il aurait déjà signé dans un club anglais.

Et puis il y a ce bon vieux stade Jean Bouin. Il n’est pas question d’envisager la construction d’un nouveau stade à Angers dans les deux ou trois années à venir : tramway, patinoire, aménagement des berges de Maine sont prioritaires. Et Christophe Béchu a promis de ne pas augmenter les impôts locaux. Pourtant, il va bien falloir apporter un coup de neuf à l’enceinte sportive du boulevard Coubertin. Conditions d’accès, toilettes, loges, devraient être améliorées. Mais pour l’heure, la vénérable enceinte ne devrait pas voir sa capacité d’accueil augmenter : sa jauge maximale restera fixée à 16 500/17 000 places. Gageons que la saison prochaine, les réceptions de Marseille, Saint Etienne, Paris Saint Germain, Lyon ou encore le voisin nantais, se joueront à guichet fermé. Un nouvel engouement semble naître autour du Sco. En témoigne le nombre de maillots aux couleurs du club aperçus en ville depuis deux jours. A moins qu’il ne s’agisse d’un feu de paille. Les premières rencontres avec l’élite du football professionnels, début août, permettront d’y voir clair. 

Auteur : Victor Elias pour Media-Web | 24/05/2015 | 0 commentaire
Article précédent : « Angers Sco peaufine son recrutement avec Gilles Sunu »
Article suivant : « Angers : Le SCO est en ligue 1 »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter