angers-infos.fr

Animaux : 500 morts par seconde, un décompte macabre

Place du Ralliement à Angers, pendant trois heures, un « compteur humain » marquera une cadence impensable : 5 000 animaux sont tués en moyenne toutes les 10 secondes rien qu'en France pour la consommation alimentaire.

5 000, 10 000, 15 000… jusqu'à plus de 5 000 000. Le public peut assister en direct à ce décompte macabre et interminable qui, rien qu'en deux heures, révèle que l'on abat autant d'animaux qu'il y a d'habitants à Paris. Un discours déclamé tout au long de cette performance solennelle rappelle l'urgence de reconsidérer notre rapport aux animaux et ainsi notre façon de consommer.

Cette action percutante, organisée dans plus de 30 villes annoncera par ailleurs la 7e édition de la Marche pour la fermeture des abattoirs qui se déroulera le 2 juin à Toulouse et le 23 juin à Paris, ainsi que dans plus de 35 villes aux quatre coins du monde. Les manifestants y revendiqueront l'abolition des pratiques qui causent la mort et des souffrances inutiles aux animaux élevés pour notre consommation. L'an dernier, plus de 3 500 personnes avaient battu le pavé parisien.

→ Fermons les abattoirs.org

Quand ? Samedi 26 mai de 14h30 à 17h30

Où ? Angers, Place du Ralliement

Les députés attendus au tournant

Les citoyens sont désormais de plus en plus nombreux à prendre conscience de la souffrance des animaux dans les élevages et les abattoirs, et 8 Français sur 10 considèrent qu'il est du devoir de leur député de voter favorablement les amendements défendant la condition animale (IFOP pour L214, mai 2018). Dans le cadre de l'examen en séance publique du projet de loi issu des États généraux de l'alimentation, les députés sont amenés à se prononcer sur des mesures. L214 a proposé 15 mesures concrètes pour engager une transition agricole et alimentaire prenant véritablement en compte les animaux et espère qu'elles seront présentées, défendues et votées par les parlementaires cette semaine. Parmis ces mesures, sont demandés l'interdiction de l'élevage en cage des poules pondeuses, la vidéosurveillance dans les abattoirs (85 % des Français y sont favorables – IFOP 2017) et une alternative végétarienne quotidienne dans les cantines.

« Nous espérons que les images dévoilées la semaine dernière et la mobilisation citoyenne amèneront les députés à prendre des décisions basées sur l'éthique, le bon sens et l'écoute des citoyens plutôt que de rester dans un statu quo dicté par des filières d'élevage », déclare Brigitte Gothière, cofondatrice de L214.

23/05/2018 | 1 commentaire
Article suivant : « Un éleveur du Maine-et-Loire, vous livre un colis de viande charolaise, en quelques clics. »

Vos commentaires

#1 - Le 25 mai 2018 à 15h51 par JiHache, Angers
Très belle action, qui montre bien le massacre commis alors qu'on peut très bien se passer de manger des animaux.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter